Revue A | Collection Ailleurs d'ici | Poésie sur tous les fronts

Revue A


 Sommaire   |  commande
| |
Hôtel La louisiane
N°10 de la Revue A
192 pages (21x21cm), ill. couleur.
Prix : 20 Euros,
ISBN : 979-10-92448-40-5

Collection "Ailleurs d'ici"


Commander
| | | Préface
Protest painters algériens
Livre sur l'Art
Myriam Kendsi
17x17cm, 17 images couleurs,
52 p., 15 Euros
ISBN : 979-10-92448-41-2

Myriam Kendsi est plasticienne et écrivaine.
Originaire d’Oran, elle vit à Grenoble. Sa peinture de l’entre-deux s'inscrit dans  l'abstraction impressionniste. Nombreuses expositions personnelles et collectives.
Publications :

  • MurdjaDjo, c’était hier et c’est demain, roman graphique
  • Murdjadjo, roman
  • L’Éléphant de Samotrace, texte et illustrations pour enfants
  • Après-midis d’automne, livre d’artiste…


Commander
| |
Amphibolia, recueil de nouvelles.
Ouarda Hamadouche
84 p. (11,5 x 16,7 cm), 15 Euros - ISBN 979-10-92448-39-9

Une photographie ternie, une porte fermée, une chaussure perdue, des effluves d’enfances, des appels et des cris, des mots et des voix, sous le soleil et la pluie, dans un bol de noodles, sur un lac ensorcelé, au sommet d’une montagne endormie.
Suivant les méandres du passé et du présent, entre réalité et fiction, la mémoire chemine, de labyrinthe en labyrinthe. Ce recueil de nouvelles s’en veut la trace.
Née en 1978 à Alger, Ouarda Hamadouche est docteure ès Lettres. D’abord enseignante dans le secondaire et à l’université, elle s’est tournée vers la formation professionnelle. Elle a vécu en Algérie, en France et en Chine et réside actuellement dans la région parisienne. Elle a publié des nouvelles dans la revue A littérature-action.



Commander
| |
Traduire les mondes arabes
Mounira Chatti, avec la collaboration de Marie Virolle
Essai collectif. 2020, collection « Ailleurs d’ici »,
15 Euros.
ISBN : 979-10-92448-33-7

Dans le « Monde arabe », il n'y a pas de coïncidence entre espace national et usage d'une seule langue ; de fait, l'arabe est une langue commune à une aire géographique – Maghreb et Machreq – composée d'une vingtaine d'États de formation récente, qui ont en partage des références culturelles apparentées, comme le montre bien Richard Jacquemond dans «Le retour du texte» (2017).
Ces pays et leurs diasporas forment ce que nous avons préféré nommer « les mondes arabes » pour en souligner la diversité autant que l'unité. La situation de la création littéraire et artistique dans cette aire, est, quant à elle, l'héritière d'une histoire morcelée et de frontières établies, où éditeurs et traducteurs jouent un rôle déterminant pour tenter d'assurer la circulation des oeuvres, locales ou diasporiques.
De nombreuses questions se posent dans un contexte où « on ne parle jamais une seule langue », comme l'écrivait le sociologue et romancier marocain Abdelkébir Khatibi. Par exemple : quelle place donner aux littératures dites francophones ? Comment se négocient les rapports entre les écritures francophones et arabophones (arabe écrit et oral), ou entre les créations en arabe, hébreu, tamazight (berbère), anglais… ?
Des recherches comparatistes, se développant hors du cloisonnement linguistique ou national, pourraient impulser un nouveau souffle aux champs littéraires multilingues des pays du Maghreb et du Machreq. La valorisation du plurilinguisme et le découplage entre langue et nation permettraient une meilleure acceptation d'un champ littéraire et culturel ouvert et d'une identité hétérogène. Les nombreux écrivains exilés ou migrants, à l'échelle du monde, qui écrivent en arabe ou dans une autre langue, forgent un nouveau rapport à l'expression, à l'identité, à la nation.


Poésie sur tous les fronts


Commander
| |
Le silence sous la langue, poèmes bilingues (turc/français)
Aytekin Karaçoban
Préface de Christian Viguié,
120 p. (11,5 x 15,7 cm), 15 Euros - ISBN 979-10-92448-38-2

Aytekin KARAÇOBAN est né en Turquie, dans une petite ville de l'Anatolie centrale.
Après des études secondaires à Ankara, il travaille dans une librairie où se réunissent souvent intellectuels et écrivains. Ses premiers poèmes sont publiés en 1978. À la fin de ses études supérieures, Il entre en 1985 comme chargé de recherche à la Faculté d'éducation de Dicle à Diyarbakir. Puis il vient faire un DEA à l’Université de Rouen, où il travaille sur la Poésie de la Résistance. Depuis 1990 il vit en France. Il a publié de nombreux poèmes et articles dans diverses revues littéraires de son pays d'origine, et traduit textes et ouvrages d’écrivains contemporains du français vers le turc.

Dans ta langue le silence 
rime avec le sens,
dans la mienne il impose la distance.
C'est à moi de la franchir 
pour capturer ton existence.
En moi un pinson bâtisseur         
règle la vitesse de mes pas sur son chant. 
Ne soyons pas cette fois-ci, l'un pour l'autre, une ligne d'horizon. 
Je suis au même endroit,
c'est là où je quémande la boussole de l’aile des oiseaux. 
C'est là qu'on entend le mieux le pouls de mes rêves. 
C'est là que je t'attends
comme les grappes de raisins guettant le temps des vendanges



Commander
| |
Route(s)
Poèmes de Christian Viguié
accompagné de dessins d’Olivier ORUS (2021)
15 x 21 cm, 54 pages, 15 Euros ,
ISBN 979-10-92448-37-5

L'auteur : Christian VIGUIÉ est né en 1960 à Decazeville. Actuellement il est instituteur et vit près de Limoges. Il a publié de nombreux recueils de poésie. Parmi les plus récents : Outre mesure (dessins Olivier Orus, Dernier Télégramme, 2013), Limites (dessins Olivier Orus, Rougerie, 2016), Damages (dessin Olivier Orus, Rougerie, 2020). Il est aussi essayiste, auteur de théâtre, de nouvelles, récits, romans, illustrateur, critique d'art… Il a reçu plusieurs prix littéraires.
« À vrai dire, je ne saurais pas définir ce texte. J'ignore ce que c'est. Je l'ai écrit en pensant à l'ami et à l'acteur Yann Karaquillo, en me remémorant ses gestes, sa voix, son visage, cette extrême tension qui fait que les mots dans sa bouche ont la même densité que l'eau et le feu, la même douceur ou la même âpreté que la terre et l'air. (…) fugitif portrait, empli de tonnerre et d'éclairs, ceux que l'on affronte quand l'enfance n'arrive pas à mourir et qu'elle continue à errer sur les routes. » (Christian Viguié)